La CGT écrit au Ministre de l’Economie et des Finances

Monsieur le Ministre,

Lors de notre précédent courrier à Monsieur le Premier ministre que vous trouverez en annexe, la FNME CGT a alerté au plus haut de l’Etat, aujourd’hui, elle tient à vous réitérer son attachement à l’évolution du cadre réglementaire des opérateurs de stockage (TIGF, GEOMETHANE et STORENGY).

La FNME CGT souligne la place essentielle et incontournable du gaz naturel et des gaz renouvelables dans un contexte de transition et de mix énergétique. Les objectifs ambitieux de réduction de gaz à effet de serre que l’ensemble des dirigeants de la France, de l’Europe, mais aussi du monde se sont fixés nous imposent une forte responsabilité

Désormais, c’est sous votre tutelle, et au travers de la loi de finances que le cadre régulatoire du stockage de gaz naturel peut se mettre en place en France. Pour cette raison, la FNME CGT vous réaffirme la place des stockages comme un outil industriel nécessaire à la réalisation des objectifs, qu’il s’agisse du stockage de gaz ou d’énergie, de l’expertise reconnue mondialement, de la sécurité d’approvisionnement, de la solidarité aux autres pays européens, et de l’équilibre du réseau de transport.

Les stockages de gaz naturel sont un maillon essentiel et incontournable de la chaîne gazière au service de la collectivité, ils contribuent également au soutien du réseau électrique notamment lorsque celui-ci est particulièrement sollicité.

L’équilibre énergétique de notre pays est aujourd’hui mis à mal et le risque de pénurie n’a jamais été aussi prégnant avec l’indisponibilité d’un tiers des réacteurs nucléaires. Certes, le gaz n’est pas l’électricité et s’il faut quelques heures pour remettre en service un réseau électrique, il faudrait plusieurs semaines pour le gaz.

D’autre part, en période de froid, si la France perdait son alimentation gaz, son alimentation électrique serait gravement fragilisée par effet domino… Les conséquences d’un black-out vont bien au-delà du 1% du PIB, l’impact est immédiat sur la sécurité directe des citoyens et sur les emplois dans un pays qui ne pourrait pas assurer une continuité de service dans l’approvisionnement énergétique.

La FNME CGT vous demande, Monsieur Le Ministre, d’inscrire dans le projet de loi de finances, les mesures financières qui permettent l’articulation de la régulation, afin que les missions des opérateurs de stockage puissent se réaliser et répondent aux attentes d’un fonctionnement industriel et non pas financier.

Le dispositif de régulation, même s’il n’a pas totalement nos faveurs sous cette forme, est pour la FNME CGT non seulement le moyen de sortir de la pression du marché qui ne fonctionne pas et de l’ancrer dans le paysage industriel de demain.

C’est aussi pour ENGIE le moyen de répondre à sa mission de contrat de service public et d’avoir une réflexion globale et industrielle autour de ses trois entreprises d’infrastructures que sont GRT, ELENGY et STORENGY.

La FNME CGT ne doute pas un seul instant, Monsieur le Ministre que la sécurité d’approvisionnement et la réindustrialisation de la France soient un axe fondamental qui vous anime et que vous fixerez demain pour les opérateurs de stockage les règles qui s’imposent à tous.

La lettre ici

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *